Fibule

Fibule

Menu

Critique d’art

Le texte explicatif associé à chacun des quatre critères analysés (A – formalisme, B – matérialité, C – investissement, D – communication) positionne l’œuvre de l’artiste dans l’histoire de l’art en rappelant éventuellement les courants artistiques auxquels elle se rattache, ou les noms des artistes illustres s’étant exprimés dans une approche voisine.
A : FORMALISME
Le premier critère porte sur le formalisme de l’oeuvre : que voit-on quand on regarde une oeuvre, quel type de formalisation se donne à voir de prime abord ? Est-ce plutôt abstrait, plutôt figuratif, plutôt…, etc (classé du plus « abstrait » au plus « réaliste »).?

A340 : Figurations enlevées
formes plus enlevées mais pas vraiment expressionnistes (Alberto Giacometti, Jean Hélion , …).

A360 : Figurations « Expressionnistes »
Ex-pression de l’intériorité bouillonnante, voire violente, d’un artiste qui, contrairement à « l’Expressionniste Abstrait », le fera avec les multiples possibilités de matérialisation de la Figure (de l’Expressionnisme historique à COBRA, de la « Violent painting » aux « Néo-fauves », …) de façon plus mélangée, entre couleurs, matières et gestualité.
L’ex-pression se forme entre gestuel et « Matiérisme » (Emil Nolde, Asger Jorn, John Christoforou, O. Pelayo, Gérard Garouste, Georg Baselitz, Francesco Clemente, …).

B : MATERIALITE
Le second critère porte sur la matérialité de ce qui est donné à voir. S’agit-il de pur concept, de jeu de matières, d’objet détourné etc. (classé du plus « immatériel » au plus « réel ») ?

B180 : en matérialité matérialité mixte : structurée / non structurée
lorsqu’une oeuvre est « structurée » dans sa « non structuration », et inversement (répétitivités de formes, de signes, de matières… Viallat, Toroni, Degottex, Hantaï,…).

B190 : en matérialité structurée, avec prééminence des lignes / à plats / dessin
– Importance du « trait » pour le dessin (Hans Bellmer, Pierre Klossowski, J.L.Guitard,…), voire pour la gravure, etc.
– importance des lignes qui structurent les champs colorés ou des dessins qu’ils contiennent (R.Indiana, P. Stampfli, V. Adami, H. Télémaque, M. Sanejouand, Aki Kuroda,…).

C : INVESTISSEMENT CORPS / ESPRIT
Le troisième critère porte sur « l’investissement » de l’artiste dans son oeuvre. Avec quel ratio Corps / Esprit, l’artiste s’investit-il dans son oeuvre ? Classé du plus « intellectuel » (p.ex. « l’Art Conceptuel », …) au plus « physique » (p.ex. le « Body Art », …).

C140 : plus vers l’intellectualité / l’essence, travail intérieur axé plus vers le fantasmatique
fantasmes de tous ordres, qu’ils soient sexuels, sociaux, religieux ou tous autres, du moment qu’ils sont « formellement » maitrisés (de Georgia O’Keeffe à Annette Messager, en passant par Clovis Trouille, …).

C180 : plus vers la corporéité / les sens, par l’expression d’une sensualité affirmée, voire d’une sexualité revendiquée, qu’elle soit
– factuelle (« l’Origine du monde » de Courbet, Lucian Freud, John Kacere, P. Klossowki, David Salle, Gilbert and George, …),
– symbolique (Paul Armand Gette, Andreas Serrano, …),
– humoristique (le « cerveau » de Gilles Barbier, le « globe » de Boyd Webb, …),
– ou « réaliste » (certains « Body-artistes » comme Otto Muehl, les « Installations » de Paul Mc Carthy, les videos de Zoran Naskovski, …), …

C190 : plus vers la corporéité / les sens, l’oeuvre est le résultat d’une action gestuelle
l’oeuvre comme résultat d’une gestualité corporelle, mais essentiellement manuelle : du « Dripping » de Jackson Pollock à « l’Abstraction Lyrique » de Georges Mathieu; des « perforations » de L. Fontana à la figuration écorchée de V. Vélickovic.

D : COMMUNICATION
Le quatrième critère porte sur l’aspect « communication » : L’artiste a t-il une volonté délibérée de communiquer à travers ses oeuvres un message quelconque ? (classé du plus « spiritualiste » au plus « sociétal »).

D115 : via le signifié en narrations ou symboliques diverses qu’elles soient
allégoriques, métaphoriques (les matériaux de J. Beuys, …), analytiques (les « suites de Fibonacci » de Mario Merz, ou celles de Robert Filliou, …), critiques (de Henri Cueco à Hans Haacke ou Guillaume Bijl, …).

Source: Artrinet

0 comments

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse